La discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano

2,5 2 avis
    La discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano_0
    La discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    fnacpro.be

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • Prix Fnac  16 €14
    • 2 neufs dès 42 €14  
    • 16 €99
      16 €14

      Plus que 3 en stock

      Livraison gratuite

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale La discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano

    • PRIX ADHERENT
    Ajoutez la carte adhérent à votre panier et profitez immédiatement de 5% sur tous vos achats.
    Pourquoi devenir adhérent? Découvrez tous les avantages!

    LE MOT DE L'ÉDITEUR La discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano

    Frédéric Chopin (1810-1849) : Préludes - Ballades - Etudes - Polonaises - Nocturnes - Impromptus - Scherzos - Mazurkas - Valses - Concertos - Berceuse - Sonates - Fantaisie - Barcarolle Argerich - Arrau - Badura-Skoda - Benedetti Michelangeli - Cortot - Cziffra - François - Hofmann - Horowitz - Horszowski - Jonas - Kapell - Kempff - Koczalski - Lipatti - Magaloff - Moiseiwitsch - Novaes - Perlemuter - Rachmaninov - Rubinstein - Sofronitzki. La quasi-totalité du piano de Chopin dans des interprétations de légende sélectionnées par dix critiques et douze des plus grands pianistes d'aujourd'hui : Aldo Ciccolini, Stephen Hough, Nelson Freire, Lang Lang, Nikolai Lugansky, Nelson Goerner, Benjamin Grosvenor, Jean-Marc Luisada, Alain Planès, Alexandre Tharaud, Simon Repceski et Daniil Trifonov. Réunir en un coffret la musique de chambre de Mozart, le piano de Schubert, les symphonies de Mahler. Le principe n'est pas nouveau mais la méthode inédite : la sélection de cette quasi-intégrale Chopin a été confiée à vingt-trois experts. D'une part huit critiques de Diapason rejoints par deux collègues très estimés, Jacques Drillon et Jed Distler. De l'autre une douzaine de pianistes, et non des moindres, qui se sont prêtés au jeu patient des comparaisons. Aldo Ciccolini, Nelson Freire, Nelson Goerner, Benjamin Grosvenor, Stephen Hough, Lang Lang, Nikolai Lugansky, Jean-Marc Luisada, Alain Planès, Alexandre Tharaud, Simon Trpceski et Daniil Trifonov ont reçu sept ou huit versions de l'ouvre qu'ils ont choisie : le fruit de leurs écoutes, leurs illuminations et leurs cas de conscience, sont résumés dans la deuxième partie de ce livret. Certains corpus représentaient un travail particulièrement lourd : chapeau à Bertrand Boissard qui nous oriente dans la jungle des mazurkas, et au musicologue Jean-Jacques Eigeldinger, à l'ouvre dans douze nocturnes. De Cortot à Rubinstein, d'Horowitz à Perlemuter, du vieil Horszowski à Pollini adolescent, cette somme sans équivalent exalte l'imagination créatrice de Chopin, comme le souligne Nikolai Lugansky (cf. page 22). On y croise plus de trente pianistes, dans autant de « références » saluées depuis des lustres que de raretés, notamment la Ballade no 4 par Hofmann en 1938 et le Concerto no 2 par Novaes en concert, qui n'a connu qu'une édition confidentielle. à un diapason invraisemblable car la bande défilait trop vite ! Elle est redescendue à un la crédible, comme d'ailleurs un certain nombre de 78 tours. Isabelle Davy a su tirer la meilleure qualité sonore possible de chaque gravure. Dans les polonaises et les nocturnes, la succession des opus a parfois été inversée pour le confort d'écoute, d'une prise de son et d'une tonalité à l'autre. Les deux dernières plages du CD 10 font chanter critiques et pianistes à l'unisson. L'équipe de Diapason, réunie il y a quelques années pour une table ronde sur la redoutable Barcarolle, arrivait à la même conclusion qu'Alain Planès : des huit versions entendues à l'aveugle, Dinu Lipatti et Martha Argerich s'imposaient très nettement. Preuve que l'exercice n'est pas seulement aléatoire et subjectif. (Gaëtan Naulleau)

    Caractéristiques détailléesLa discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano

    AUTRES OEUVRES Autour de Martha Argerich

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Martha Argerich

    Écoute gratuite avec

    Avis clients La discothèque idéale de Diapason, volume 2 - Chopin : Œuvres pour piano

    2,5/5
    • 1
      0
    • 2
      1
    • 3
      1
    • 4
      0
    • 5
      0
    3 Choix orientés Posté le 11 janv. 2020

    Les choix des différentes versions sont intéressants mais dignes de vielles barbes audiophiles nostalgiques du bon vieux temps: les 3/4 des enregistrements se situent entre 1960 et 1926.... Le plus "récent" est de 1980. A croire que les pianistes depuis n'ont pas su faire mieux que les vieux. C'est un peu triste, et un peu partial quand même...


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    2 Très décevant Posté le 20 janv. 2015

    Fausse bonne idée que de demander à des pianistes professionnels de choisir une interprétation, qui plus est parmi une liste fermée. Du coup, beaucoup de très vieilles choses de qualité sonore déplorable qui ne sauraient intéresser que des spécialistes. Cela ne peut constituer un disque d'introduction au monde de Chopin.Tout cela sent le recyclage d'enregistrements peu onéreux en droits d'auteur.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir Aussi