Requiem

5 1 avis
    Requiem_0
    Requiem_1
    Requiem
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Interprète(s) Rias Kammerchor
      Date de parution novembre 2019

      Voir toutes les caractéristiques

    • Le 14 mars 1849, Anton Bruckner, alors âgé de 24 ans, finissait ses premières compositions vocales notables. Le seul requiem du compositeur, qui deviendra plus tard l’architecture de la pièce symphonique « Castles in the Sky », a été écrit durant son travail à St Florian. Certaines références à d’anciens modèles et quelques incongruités stylistiques dans la structure musicales font référence à la phase de découverte de lui-même du jeune compositeur. Mais ceux qui écoutent attentivement découvriront certainement les passages... Voir la suite

    fnacpro.be

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • Prix Fnac  18 €04
    • 6 neufs dès 15 €84  
    • 18 €99
      18 €04

      En stock en ligne

      Livraison à partir de 2 €99
      Compte-tenu de la situation actuelle, nos délais de livraison peuvent être allongés.

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale Requiem

    • PRIX ADHERENT
    Ajoutez la carte adhérent à votre panier et profitez immédiatement de 5% sur tous vos achats.
    Pourquoi devenir adhérent? Découvrez tous les avantages!

    LE MOT DE L'ÉDITEUR Requiem

    Le 14 mars 1849, Anton Bruckner, alors âgé de 24 ans, finissait ses premières compositions vocales notables. Le seul requiem du compositeur, qui deviendra plus tard l’architecture de la pièce symphonique « Castles in the Sky », a été écrit durant son travail à St Florian. Certaines références à d’anciens modèles et quelques incongruités stylistiques dans la structure musicales font référence à la phase de découverte de lui-même du jeune compositeur. Mais ceux qui écoutent attentivement découvriront certainement les passages où l’aura mystique et la sublimité de l’orchestration large brillent, que ce soit dans le délicat Benedictus, dans le credo intime de l’Agnus Dei ou dans la puissante et magistrale double fugue du Quam olim Abrahae. Après la Missa Solemnis, enregistrée en février 2018, cet enregistrement marque le second pas de l’aventure de la découverte de l’univers d’Anton Bruckner.

    Caractéristiques détailléesRequiem

    AUTRES OEUVRES Autour de Anton Bruckner

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Anton Bruckner

    Ecoute de l'album Requiem

    • 01 Requiem D-moll Introitus Kyrie Requiem
    • 02 Sequentia Dies Irae
    • 03 Offertorium Domine
    • 04 Hostias
    • 05 Quam Olim
    • 06 Sanctus
    • 07 Benedictus
    • 08 Communio Agnus Dei
    • 09 Requiem Aeternam
    • 10 Cum Sanctis
    • 11 Responsorium Libera
    • 12 Aequales C-moll Wab 149
    • 13 Am Grabe Wab 2
    • 14 Aequales F-moll Wab 53
    • 15 Vor Arneths Grab Wab 53
    • 16 Aequales C-moll Wab 114
    • 17 Todtenlied Nr 1 Es-dur Wab 47
    • 18 Nachruf Wab 81
    • 19 Todtenlied Nr 2 F-dur Wab 48
    • 20 Libera F-dur Wab 21
    5/5
    • 1
      0
    • 2
      0
    • 3
      0
    • 4
      0
    • 5
      1
    5 Un chef d'oeuvre Posté le 29 janv. 2020

    Le Ménestrel de Dieu, comme l'on surnommait Bruckner, a composé cette messe de requiem pour le repos de l'âme de son ami Franz Seiler. Ce n'est pas une œuvre de commande, mais une œuvre liturgique. L'excellence des chanteurs est une évidence. Le chœur est remarquable d'unité et les solistes brillent autant par leur pénétration du texte que par la différenciation de leurs timbres, tous admirables de coloration. Les notes sont tenues et travaillées à l'extrême, dépourvues de la moindre afféterie. La luminosité très pure du ténor Michael Feyfar est à cet égard exemplaire. L'introït de la messe respire une paix souveraine et montre que c'est vers Dieu que l'âme s'achemine. Les réponses entre les soli et les tutti (Agnus Dei), subtiles et expressives, sont des dialogues entre le ciel et la terre, un grand moment de prière musicale. Les pièces instrumentales en do mineur convoquent un trombone émouvant qui symbolise l'éternité. Enfin, quels élans de grâce pour ce Libera Me en fa majeur ! Quelle joie profonde et tranquille, quel appel, quelle confiance, quelle espérance ! Quelle suprême délicatesse de cet orgue onctueux ! Un chef d'œuvre rayonnant d'espérance et messager de la contemplation : le Ménestrel a bien parlé de Dieu.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir Aussi