La Nuit de l'ogre

Patrick Bauwen (Auteur) Paru le 9 mai 2018 Roman (broché)en français
    • La Nuit de l'ogre_0
    La Nuit de l'ogre

    Revendez le vôtre : La Nuit de l'ogre en quelques clics seulement,
    sur fnac.be

    1. Vous mettez en vente
    2. Un client achète votre produit
    3. Vous expédiez votre produit
    4. Vous êtes payés
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    fnacpro.be

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • 25 €10
      23 €85

      En stock en ligne

      Livraison gratuite

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale La Nuit de l'ogre

    • Prix adherent
    Ajoutez la carte adhérent à votre panier et profitez immédiatement de 5% sur tous vos achats.
    Pourquoi devenir adhérent? Découvrez tous les avantages!

    Caractéristiques détailléesLa Nuit de l'ogre

    • Auteur Patrick Bauwen
    • Editeur Albin Michel
    • Date de parution 09-05-2018
    • Collection Thriller
    • EAN 978-2226436375
    • ISBN 2226436375
    • Illustration Pas d'illustrations
    • Nombre de pages 496

    AUTRES OEUVRES Autour de Patrick Bauwen

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Patrick Bauwen

    5/5
    • 1
      0
    • 2
      0
    • 3
      0
    • 4
      1
    • 5
      3
    5 Du Beau, du Bon, BAUWEN Posté le 30 mai 2018

    Je n'ai plus lâché Patrick Bauwen depuis la fantastique mystification de "L'OEIL DE CAINE", son premier thriller. "LA NUIT DE L'OGRE" est à la hauteur des ouvrages précédents et développe les caractères des personnages du "JOUR DU CHIEN" (que je viens de relire en "poche"). Il semble que Bauwen aie fait de Chris Kovak, le médecin urgentiste personnage central des deux livres, le héro récurrent d'une série "à poursuivre" (avec en arrière-plan, l'inquiétant et mystérieux CHIEN). Excellent thriller qui se dévore sans faim et sans effort.


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Il nous aura un jour, il nous aura ! Posté le 19 mai 2018

    Si vous avez eu des sueurs froides avec "Le jour du chien", le précédent tome... dites vous bien que ce n'était qu'un début car Patrick Bauwen est bien décidé de vous empêcher d'avoir des nuits paisibles avec ce tome 2, "La nuit de l'ogre". Tout en précisant que s'ils ont en commun des mêmes personnages, les deux ouvrages peuvent être lu indépendamment. J'admire passionnement la capacité de Patrick Bauwen à mettre K.O. le lecteur alors que ce dernier pensait avoir trouvé la finalité de la trame. Il joue avec lui jusqu'à la dernière page. "La nuit de l'ogre" est une intrigue découpée au scalpel (oui, je sais !... le jeu de mots étant facile quand on sait que l'écrivain est avant tout médecin urgentiste) qui confirme que Patrick Bauwen est l'un de nos meilleurs "thrilleristes". Le suspense est permanent, de plus l’écriture fluide et les chapitres courts facilitent la lecture qui n'en est que plus addictive. Je n'ai pas vu les 500 pages défiler. Quand je pense que dans son métier de tous les jours il sauve des vies, mais qu'il n'hésite pas en tuer d'autres de manière horrible dans ses romans... bha moi, j'vous l'dis, là c'est clair !... avec "La nuit de l'ogre" Patrick Bauwen en veut vraiment à nos nerfs... il nous aura un jour, il nous aura ! ☺ Fidèle lectrice depuis "L'oeil de Caine", mon coeur ne se trompe pas, quand je referme un livre de Patrick Bauwen... Le plus dur c'est l'attente jusqu'au prochain !


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    5 Suite de son roman précédent "Le Jour du Chien”… Posté le 14 mai 2018

    Bonjour à tous… Fan de la première heure, j’ai découvert Patrick Bauwen en 2008 (dix ans déjà…) avec “L’œil de Caine”. Et depuis, je prends un réel plaisir à lire tous ses romans au fur et à mesure, remarquant une monté en puissance dans le style et dans la forme, confirmant qu’il est pour moi l’un des meilleurs auteurs de thrillers de sa génération. “La nuit de l’Ogre” est la suite de son roman précédent "Le Jour du Chien”. On peut le lire indépendamment, mais on perdrait certaines informations qui pourraient être indispensables, En effet Patrick nous donne également de nouvelles informations sur Le Chien, cet être de l'ombre, à l'intelligence machiavélique. A certains moment même l'auteur se joue de nous par son expérience du milieu hospitalier et de diverses confréries d’étudiants. Est-ce Chris Kovak toujours identifié à la première personne du singulier, ou Patrick Bauwen qui nous fait des clins d’œils en partageant les éléments de sa vie ? L’histoire commence très vite et monte ainsi crescendo jusqu’au dernier chapitre. L’écriture est très fluide et les chapitres courts donnent un bon rythme en facilitent la lecture. J’avais déjà lu un roman sur cette sombre et pourtant réelle thématique. La photographie “post-mortem” qui se développa dans les premières décennies de la photographie et devint très commune au XIXe siècle. Mais dans ce cas, la plume puissante de Patrick, mise à part de nous mener vers ce monde de cauchemar, nous laisse tout de même entrevoir entre les lignes une sensibilité cachée mais présente depuis ses tout premiers romans. L’auteur comme à son habitude maintient une maîtrise magistrale des éléments importants qu’il distille au compte goute, pour entretenir mystères et angoisses afin de rendre le roman d’autant plus addictif, en nous donnant finalement une ouverture vers une suite qui risque d’être attendue impatiemment !!! Extrait : “Il flotte une odeur de propre. L’hôpital est calme. En hauteur un téléviseur bourdonne. Il n’y a plus que moi. Je ne dors pas. Mes paupières ne sont pas lourdes. Je suis prêt. Quelque chose va se produire. Qui sera le prochain ? Le classique infarctus de la fin de la nuit ? À cette heure-ci, l’organisme libère les hormones du stress qui favorise la coagulation sanguine. C’est le moment idéal pour boucher une artère. Douleur thoracique au petit matin égale branle-bas de combat, tous les urgentistes le savent. À moins que je n’ai hérité d’un cas plus original. Un cambrioleur empalé sur une grille, traînant la grille avec lui, par exemple. Ou bien une possession démoniaque chez une jeune femme, qu’il faudra attacher sur un brancard tandis que son pou menace de se tordre à 180°, comme dans l’exorciste. Vous ne me croyez pas ? Tout est authentique. Je suis le docteur Kovac. Je vis pour ces instants. La surprise. L’action. L’adrénaline. Cela agit comme une drogue. Et cette nuit, je n’ai pas eu ma dose. Il m’en faut plus. Un événement, n’importe lequel.”


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    4 Un ogre qui a du chien Posté le 13 mai 2018

    Patrick Bauwen semble se plaire à rester en France (quoique) en place de son territoire favori les Etats-Unis. Après Le jour du chien, l'auteur poursuit sa série du Chien avec La nuit de l'ogre. Cependant dans ce second tome (est-on en droit d'en espérer au moins un autre ?), le Chien n'est pas au centre de l'aventure, mais seulement comme un élément connexe, secondaire. Ce qui n'est pas sans nous déplaire car cela donne à ce personnage une dimension supplémentaire : un être de l'ombre, qui a l'intelligence de n'intervenir que quand il l'estime nécessaire, et donc qui peut avancer ses pièces de manière cachée. Dans La nuit de l'ogre, on retrouve également Chris Kovac, ce médecin charmant, curieux de tout, qui pour rendre service à sa collègue de travail, part à la recherche de sa fille portée disparue. Mais cette fois-ci, sauf au démarrage de l'histoire, le lecteur ne va plonger dans les bas fond de Paris, mais dans les bas fond de la société et de son rapport avec les morts. Je ne peux en dire plus de peur de dévoiler une grosse partie de l'histoire. Mais le domaine dans lequel Patrick Bauwen entraîne son lecteur m'était inconnu, tout comme je pense pour la majeure partie de son lectorat. On sent que l'auteur s'est documenté sur le sujet pour nous en retransmettre toute la substantifique moelle. Lui-même étant médecin urgentiste et responsable d'un service d'urgences dans une clinique à L'Isle-Adam en région parisienne, l'auteur nous fait également bénéficier de son expérience du milieu hospitalier et des confréries estudiantines. D'ailleurs il ne manque pas de faire quelques clins d’œil à ceux-ci. On ne peut que se demander si le rythme de vie et le "régime alimentaire" de Chris Novac s'inspirent d'une connaissance professionnelle de l'auteur. Même si dès ses premiers romans Patrick Bauwen avait montré un sens aigu du suspense et une maîtrise du rythme donné au roman, il faut l'avouer, de roman en roman, le niveau monte. Les personnages sont solides et s'étoffent encore un peu dans ce second tome. L'écriture est parfaite, d'une grande fluidité; les yeux glissent sur les pages et au final les 500 pages sont rapidement lues. Il est intéressant de voir l'affaire au travers des différents points de vue des personnages qui alternent au fur et à mesure des chapitres. On remarquera que pour accentuer la projection du lecteur dans le roman, l'utilisation de la première personne du singulier est toujours employé lorsqu'il s'agit de Chris Kovac. L'intrigue est bien ficelée mais je formulerais un petit reproche à l'auteur qui ne nous donne pas tous les éléments nécessaires pour solutionner l'énigme. En conclusion, un excellent roman qui pourra vous accompagner à la plage cet été... si vous résistez à la tentation de le lire d'ici-là. (quoilire.wordpress.com/2018/05/13/patrick-bauwen-la-nuit-de-logre/)


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir Aussi

      Attention Une erreur est survenue, veuillez réessayer plus tard.