La mélodie volée du Maréchal

Jean-Pierre Guéno (Auteur) Paru le 24 janvier 2018 Monographie (broché) en français
5 1 avis
    • La mélodie volée du Maréchal_0
    La mélodie volée du Maréchal

    Revendez le vôtre : La mélodie volée du Maréchal en quelques clics seulement,
    sur fnac.be

    1. Vous mettez en vente
    2. Un client achète votre produit
    3. Vous expédiez votre produit
    4. Vous êtes payés
    • Résumé
    • Détails produits
    • Garanties
    • Accessoires inclus
    • Date de parution 24-01-2018
      Editeur Archipel Eds De L'
      Collection Histoire
      Format 14cm x 22cm
      Nombre de pages 192

      Voir toutes les caractéristiques

    • «C’est vrai», «Paris sera toujours Paris», «Félicie aussi»... Durant les années 1920 et 1930, Casimir Oberfeld signe les musiques de certains des refrains les plus populaires de Mistinguett, Maurice Chevalier, Fernandel et Arletty. On lui doit aussi les thèmes de nombreuses revues de music-hall et d’une soixantaine de films (Le Schpountz, Fric-Frac...).
      Cruelle ironie de l’Histoire : en 1941, tandis que le compositeur est assigné à résidence à Uzerche, La Margoton du bataillon, son air d’opérette créé en 1933, est plagié...
      Voir la suite

    fnacpro.be

    Professionnels ? Profitez des prix négociés

    • Prix Fnac  20 €62
    • 1 neuf dès 19 €  
    • 21 €70
      20 €62

      Plus que 1 en stock

      Livraison gratuite

      En magasin

      Retrait gratuit

      Voir la disponibilité en magasin

      Voir toutes les options et délais de livraison
    • Satisfait
      ou remboursé
    • SAV Fnac
      7 jours sur 7
    • Retour gratuit
      en magasin
    • Paiement
      à l'expédition

    1 Offre Spéciale La mélodie volée du Maréchal

    • Prix adherent
    Ajoutez la carte adhérent à votre panier et profitez immédiatement de 5% sur tous vos achats.
    Pourquoi devenir adhérent? Découvrez tous les avantages!

    LE MOT DE L'ÉDITEUR La mélodie volée du Maréchal

    «C’est vrai», «Paris sera toujours Paris», «Félicie aussi»... Durant les années 1920 et 1930, Casimir Oberfeld signe les musiques de certains des refrains les plus populaires de Mistinguett, Maurice Chevalier, Fernandel et Arletty. On lui doit aussi les thèmes de nombreuses revues de music-hall et d’une soixantaine de films (Le Schpountz, Fric-Frac...).
    Cruelle ironie de l’Histoire : en 1941, tandis que le compositeur est assigné à résidence à Uzerche, La Margoton du bataillon, son air d’opérette créé en 1933, est plagié et devient le refrain de « Maréchal, nous voilà ».
    Ceux qui entonnent alors l’hymne vichyste ignorent que la mélodie est celle d’un juif polonais interdit de toute activité officielle. Oberfeld mourra d’épuisement en déportation à 42 ans, lors de la «marche de la mort» précédant la libération du camp d’Auschwitz – dont il a été le pianiste en 1944.
    Jean-Pierre Guéno a reconstitué le parcours de ce compositeur oublié, au talent égal à celui d’un Maurice Yvain ou d’un Vincent Scotto, avec le concours de son fils Grégoire, dont il évoque aussi l’itinéraire singulier.
     

    Caractéristiques détailléesLa mélodie volée du Maréchal

    • Auteur Jean-Pierre Guéno
    • Editeur Archipel Eds De L'
    • Date de parution 24-01-2018
    • Collection Histoire
    • Format 14cm x 22cm
    • Poids 0,2800kg
    • EAN 978-2809823707
    • ISBN 2809823707
    • Illustration Illustrations couleur
    • Nombre de pages 192
    • Format 14,00 x 22,50 cm
    • Poids du produit 0,28 Kg

    AUTRES OEUVRES Autour de Jean-Pierre Guéno

    ARTISTES DU MÊME UNIVERS Autour de Jean-Pierre Guéno

    Avis clients La mélodie volée du Maréchal

    5/5
    • 1
      0
    • 2
      0
    • 3
      0
    • 4
      0
    • 5
      1
    5 UBU ROI Posté le 25 févr. 2018

    A LIRE DE TOUTE URGENCE, Imaginez un compositeur disparu pendant les « marches de la mort d’Auschwitz » qui aurait composé la musique de « Maréchal, nous voila » !!! Vous plaisantez, eh bien non, les français l’ont déporté, tué, et ils ont volé sa musique !!! et l’ont envoyé de Drancy puis aux fours. Il avait composé entre autres, « Félicie aussi » et beaucoup de chansons célèbres de ces si tristes années. Et il était juif, si cela veut dire quoi que ce soit …


    Cet avis vous a-t-il été utile ?

    Voir Aussi

      Attention Une erreur est survenue, veuillez réessayer plus tard.