Sophie Comtesse de Ségur

Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, est née le 19 juillet 1799 à Saint-Pétersbourg et est morte le 9 février 1874 à Paris. C'est une femme de lettres françaises d'origine russe.

Après une enfance dans son domaine de Voronovo, Sophie...
Lire la biographie
Sophie Comtesse de Ségur

Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, est née le 19 juillet 1799 à Saint-Pétersbourg et est morte le 9 février 1874 à Paris. C'est une femme de lettres françaises d'origine russe.

Après une enfance dans son domaine de Voronovo, Sophie Rostopchine, fille du comte Rostopchine, ministre du Tsar Paul 1er et gouverneur de Moscou, se voit dans l'obligation de fuir la Russie en 1817, et se rend avec sa famille en France. Son père serait tombé en disgrâce pour avoir fait incendier Moscou face à l'armée napoléonienne, empêchant le ravitaillement de cette dernière.

En 1819, elle épouse le comte de Ségur et c'est pendant son voyage de noces qu'elle remarquera un château, "Les Nouettes", du côté d'Aube, dans l'Orne, entouré de bouleaux qui lui rappellent le parc de son enfance. Son père décide de l'offrir au jeune couple pour qu'ils y vivent mais le comte se déplaît à la campagne et passe beaucoup plus de temps sur Paris, délaissant quelque peu sa femme.

Ils auront huit enfants mais c'est véritablement pour ses petits enfants que la comtesse va commencer à écrire, notamment quand Camille et Madeleine, héroïnes des Petites filles modèles, partent à Londres où leur père est muté. Elle est aujourd'hui l'auteur de vingt romans connus de tous, où le bien triomphe toujours du mal, mais où le plaisir ressenti à leur lecture prouve que ses histoires traversent les générations. Lors d'une réception, elle lut quelques passages à son ami Louis Veuillot. C'est ce dernier qui réussira à faire publier l'ouvre chez Hachette.

D'autres historiens racontent que son mari aurait rencontré dans un train Louis Hachette qui cherchait alors de la littérature pour distraire les enfants. Eugène de Ségur, alors Président des Chemins de fer de l'Est, accorde à Louis Hachette le monopole de la vente dans les gares de livres pour enfants, lui parla alors des dons de sa femme et la présente à l'éditeur quelque temps plus tard. Celle-ci signe son premier contrat en octobre 1855 pour seulement 1 000 francs pour la nouvelle collection de la « Bibliothèque des Chemins de Fer », reliée en percaline bleu foncé, qui deviendra rose pour la comtesse, avec des ornementations couleur or. Le succès de ce premier ouvrage l'encourage à composer un ouvrage pour chacun de ses autres petits-enfants. Elle obtient son émancipation financière en obtenant que ses droits d'auteur lui soient directement reversés et discute plus fermement de ses droits d'auteur lorsque son mari lui coupe les fonds.

En 1866, elle devient tertiaire franciscaine, sous le nom de sour Marie-Françoise, mais continue à écrire. Son veuvage et l'effondrement consécutif des ventes de ses livres l'oblige à vendre Les Nouettes en 1872 et à se retirer à Paris, au 27, rue Casimir-Périer, à partir de 1873.

Elle meurt à cette adresse à 75 ans, entourée de ses enfants et petits-enfants. Elle est inhumée à Pluneret (Morbihan).