Peter Tosh

Peter Tosh (de son vrai nom, Winston Hubert McIntosh) est un chanteur, guitariste, organiste et auteur compositeur de ska, de rocksteady, de reggae et de soul, né le 9 octobre 1944 à Church Lincoln, Grange Hill, dans le Westmoreland en Jamaïque, et...
Lire la biographie
Peter Tosh
Peter Tosh (de son vrai nom, Winston Hubert McIntosh) est un chanteur, guitariste, organiste et auteur compositeur de ska, de rocksteady, de reggae et de soul, né le 9 octobre 1944 à Church Lincoln, Grange Hill, dans le Westmoreland en Jamaïque, et mort le 11 septembre 1987 à Kingston. Il est, avec Bob Marley, une des figures emblématiques du reggae et de la spiritualité Rasta.
Tosh connaît peu son père. Doué pour la musique il chante et joue du piano à la messe le dimanche. Elevé à la campagne par sa mère et sa tante qui lui enseigne le piano, à dix ans il apprend la guitare en observant un fermier qui en joue. En archétype de "rude boy", il part pour la capitale, où il erre seul à quinze ans. Sa rencontre en 1962 dans le quartier ghetto de Trench Town à Kingston en Jamaïque avec Bob Marley et Neville Livingston (surnommé plus tard Bunny Wailer) est décisive pour cet homme de grande taille déjà propriétaire d'une guitare sèche.
En 1976, avec l'aide de l'harmoniciste Lee Jaffee, il enregistre l'album Legalize It (Grammy posthume du meilleur album de reggae en 1988) pour Columbia (Virgin en Angleterre) avec les mêmes musiciens que Bob Marley, qui contribue lui aussi à l'album. Il pose au milieu d'un champ de ganja sur la pochette de l'album. La chanson du même nom, qui fait l'apologie du chanvre, est interdite à sa sortie en Jamaïque. Tosh continue à enregistrer pour Virgin, qui publie l'album "Equal Rights" en 1977, toujours enregistré avec les mêmes musiciens que Marley et Bunny Wailer.

En avril 1978, lors du "One Love Peace Concert" à Kingston, auquel Bob Marley participe en tête d'affiche, insolent comme de coutume Peter Tosh a des mots désagréables pour les politiciens qui se disputent le pouvoir dans l'île. Le Premier Ministre Manley et son opposant Seaga sont présents. Ils rejoindront Marley sur scène quelques minutes plus tard. Mick Jagger était également présent au concert, et lui propose un contrat pour son nouveau label, Rolling Stones Records.

Quelques jours plus tard, prétextant une détention de ganja qui provoque une bagarre avec un policier, Peter Tosh est passé à tabac par la police qui le laisse pour mort. Les mains brisées, couvert de fractures, il ne devra la vie qu'aux soins de ses co-détenus et à une intervention de l'armée. Il enregistre néanmoins l'album "Bush Doctor" avec l'équipe de Sly Dunbar et Robbie Shakespeare "Word, Sound And Power" et Mick Jagger avec qui il grave une nouvelle version en duo de "(You Gotta Walk and) Don't Look Back" qui devient un succès international. Peu après, Serge Gainsbourg lui emprunte l'équipe de Sly & Robbie pour l'album "Aux armes et cætera".

Après ces trois remarquables albums, quelques concerts en première partie des Rolling Stones et une tournée européenne, Peter Tosh est une vedette consacrée avec Jagger en couverture de "Best", l'influent mensuel du rock.

Influencés par le son pop international ambiant (solos de guitare notamment), ses disques ultérieurs pour EMI, "Mystic Man", "Wanted Dread And Alive", "Mama Africa" (qui contient une reprise du "Johnny B. Goode" de Chuck Berry) et "Captured Live" montrent ses limites avec pourtant des titres occasionnellement excellents et se vendent relativement mal malgré de bons et nombreux concerts. En 1983, il joue au Swaziland en Afrique du Sud et tourne en Europe avec une guitare en forme de mitraillette. Il joue aussi à Kingston, mais ce sera sa dernière tournée. Souffrant de séquelles de ses passages à tabac, il se repose beaucoup. Son dernier album "No Nuclear War", plus réussi, sort peu avant sa mort.

Source Wikipédia.