Jean-Sébastien Bach

5 Super Posté le 10.janv. 2019
Très belle musique pour les fans de Bach et ceux qui voudraient découvrir !
5 Du piano rien que du piano Posté le 18.janv. 2019
Pour passer une nuit d'amour tout en douceur, idéal.
5 violon et violoncelle Posté le 30.janv. 2019
un plaisir d'écoute...............................
4 Rostropovich égal à lui-même. Posté le 13.oct. 2018
Les enregistrements sont de qualité.
5 Magnifique interprètation Posté le 14.nov. 2018
Beaucoup de plaisir à l'écouter...Hate de découvrir d'autres albums de lui
4 Bonne selection Posté le 02.janv. 2019
Des pièces connues et des enregistrements de qualité.
5 Excellent enregistrement Posté le 21.janv. 2019
Difficile d'associer une flûte et un clavecin. Plus difficile encore d'obtenir une harmonie et un accord parfaits. Mais entendre jouer Bach comme cela, cela devient un grand moment de sereine intimité. A écouter sans modération !
5 Quel talent ! Posté le 01.sept. 2018
Lorsqu’un aussi jeune musicien est édité par une maison aussi prestigieuse que la Deutsche Grammophon, l’on peut toujours se poser la question du coup de marketing ou de la révélation d’un talent d’exception. Assurément, le jeune Lozakovich appartient à la deuxième catégorie, celle des révélations qu’il faudra suivre pendant des décennies. Choisir Bach pour son premier enregistrement n’est pas anodin. Comme pour le pianiste français Rémi Geniet, ce coup d’audace montre à la fois une sensibilité profonde associée à une proximité d’avec le compositeur, et une certitude tranquille quant à ses capacités. Car enfin, la Partita nº2 est impitoyable avec les violonistes, ce n’est pas une question d’âge mais de talent. Le concerto nº2 est une œuvre brillante articulée en trois mouvements, vif-lent-vif, le premier allegro ravit tout de suite le cœur. Notre jeune prodige est à son aise, mais l’archet de son Stradivarius semble parfois dominé par les instruments, lesquels donnent une coloration fort traditionnelle à la partition, là où l’on attendait un peu plus de caractère. La fameuse Partita nº 2 pour violon seul est d’une rare exigence, et le jeune Suédois s’en sort bien. Son style reste académique, sans prise de risque excessive, c’est normal pour un jeune interprète qui aura tout le temps d’affirmer son style. Si la grande chaconne adopte un tempo un peu plusieurs lent que chez d’autres musiciens, elle est le plus grand moment du disque. On sait que Bach l’a composée au retour d’un voyage pendant lequel sa tendre épouse restée à la maison avait rendu son âme à Dieu. Selon le triptyque cher aux œuvres spirituelles de Bach, souffrance - confiance - espérance, la chaconne exprime avec une formidable subtilité les sentiments du compositeur, peine, larmes, nostalgie, souvenirs de la vie commune, croyance dans l’immortalité de l’âme et dans la justification par la foi, si les dernières mesures reprennent les premières, c’est que la foi n’efface pas les affres de la séparation. L’on n’en admirera que davantage l’audace talentueuse de Daniel Lozakovich, mais aussi sa fraîcheur d’adolescent teintée de beaucoup de sérieux, sa religiosité, son désir profond de partager, de communier avec tous ceux qui lui feront la grâce de l’écouter, une grâce qu’il nous rendra au centuple.
5 Bach revisité à merveille... Posté le 03.nov. 2018
Grand et belle pianiste...sublime !!!!
5 CD Bach inspirations Posté le 06.déc. 2018
j'ai reçu ce CD très rapidement
Attention Une erreur est survenue, veuillez réessayer plus tard.